Commercialisation

commercialisation de votre camping

1 Le site internet du camping,  2 les liens internet, 3 les réseaux sociaux,  4 les guides papiers, 5 la brochure papier du camping, 6 les institutions, 7 les salons, 8 les chaînes

La commercialisation d’un camping est primordiale, il est indispensable de la maîtriser parfaitement, de pouvoir la mettre à jour à tout moment, de vérifier l’intérêt et la pertinence des budgets alloués sur tel ou tel support.

1 Le site internet du camping :

Depuis bientôt 20 ans, c’est l’élément essentiel et indispensable de promotion et de commercialisation. L’analyse du site existant permet de savoir s’il est en adéquation avec l’établissement, présente une image prochecetouvert de la réalité, met en valeur les atouts du camping et de la région. Refaire un site n’est plus ni compliqué ni onéreux qu’avant, grâce aux outils de construction de site  ou aux tarifs de certains Webmaster spécialisés.

Notre conseil: Référencement naturel  : à quelle position ressort votre site internet quand le client tape sur un moteur de recherche ( Google!!! ) les mots-clefs les plus utilisés, « camping + département », « camping + piscine », etc..) afin de l’améliorer en fonction de votre cible commerciale

2 Les liens internet :

site-portailAvoir le plus beau site internet ne sert à rien en terme de commercialisation si personne ne le trouve. Le référencement naturel ( Google, etc…) ne représente souvent que 20 à 50% des visites, le reste est assuré par les liens, les encarts, les publicités que vous allez acheter sur les portails ( sites généralistes qui recensent les campings d’un pays, d’une région, d’un département ). Le coût de ces liens va de quelques euros à quelques centaines d’euros, certains sont incontournables, d’autres à privilégier en fonction de votre cible de commercialisation (clients français ou étrangers, randonneurs, cyclistes, etc…).

Notre conseil: Se mettre à la place de l’internaute, en tapant les mots-clefs évidents, « camping ardèche piscine »si l’on recherche un camping en ardèche avec une piscine, ou bien « camping frankrijk met zwembad » sur (Google.nl) si l’on se met à la place d’un Hollandais qui recherche un camping en France avec piscine.

3 Les réseaux sociaux:

La présence sur les réseaux sociaux est importante non seulement pour la « vie » internet du camping, mais aussi pour le référencement. Inutile d’être présent sur tous. Facebook avec une page dédié au camping, que vous mettrez à jour régulièrement avec les dernières photos et événements de la saison, où vos clients, vos résidents, partageront leur séjour sur le camping. Google+ qui n’a que peu d’intérêt social, largement distancé par Facebook, mais dont la création d’une page participera activement à votre référencement naturel sur Google et votre présence sur Google maps.

Notre conseil: Comme sur Google avec Adwords, on peut faire de la publicité sur Facebook, en payant pour augmenter le nombre de publications, mais attention, ne pas oublier qu’il s’agit d’un réseau social et votre publication sponsorisée ou non devra toujours aller dans ce sens. Exemple: « Ce Week-end au camping, grande Paella (photo de la paella ) pour marquer la fin de saison, venez nombreux la partager avec nous! » (prix 15€/personne) et hop!, vous avez vendu votre soirée paella! 

4 Les guides papiers :

guide-papierIncontournables il y a une dizaine d’années, remplacés petit à petit par les sites internet. Ils sont malgré tout toujours consultés, surtout par les clientèles « à thèmes », comme les campings-caristes par exemple ou les séniors étrangers (Hollandais). La commercialisation sur ces guides est souvent assez onéreuse, de 200€  pour un petit encart noir et blanc à plus d’un  millier d’euros pour une pleine page, leur tarif est parfois dissuasif pour les petits campings.

Notre conseil: Vérifiez si votre camping est présent sur les guides nationaux. En offrant réductions tarifaires ou prestations, vous pouvez améliorer votre visibilité sur certains guides ou figurer gratuitement sur d’autres.

5 La brochure papier du camping :

brochureAvant les sites internet, c’était la vitrine de votre camping, envoyée à chaque client demandant de la documentation, accompagné des tarifs et du descriptif du camping. Avec la quasi-disparition des envois postaux, elle a perdu un peu de son intérêt mais existe quand même dans de nombreux campings.

6 Les institutions :

  • L’OT, office du tourisme dont le site internet peut  créer un lien avec votre site ( la réciproque est vrai aussi) et dont les hôtesses doivent connaitre le camping, et peut-être proposer votre brochure papier aux touristes.
  • adtL’ADT ( agence de développement touristique ) du département qui au minimum recense vos informations ( horaires, prix, types de logement, etc.. ) sur leur banque de données pour la diffusion sur leur site internet et leurs brochures.
  • La CCI, chambre de commerce (secteur tourisme et son  conseiller), la mairie ou la communauté de communes, certaines associations locales, diffusent parfois vos informations.

Notre conseil : Au début de la saison et après avoir pris en main le camping, rendez vous à l’office du tourisme dont vous dépendez pour vous présenter et peut-être proposer aux hôtesses une visite de votre camping.

7 Les salons :

Nous parlons ici des salons de promotion et de commercialisation, pas des salons professionnels comme l’hôtellerie de plein air et son Syndicat en organisent chaque année. Ces salons se déroulent en France ou à l’étranger.  Le budget publicitaire d’un Petit Camping permet rarement d’y participer seul.

 

8 les chaînes:

Pour faire face à la puissance financière de commercialisation des grands groupes de campings, propriétés d’investisseurs et gérés par des directeurs), les campings indépendants se regroupent dans des chaînes de commercialisation. La plupart sont « réservées » aux campings à budget pub important (Yellow village), mais certaines sont accessibles aux campings familiaux, souvent avec une thématique précise (nature, participation aux salons du tourisme, etc…)